13 septembre 2017

Contemporeines : Marika Perros

Hello,

Voici le portrait de Marika PERROS, une des nouvelles artistes de la 3e édition de Contemporeines à la Galerie Maurice Ravel.

Elle viendra se joindre aux premières artistes de l'aventure qui sont Joëlle BONDIL, Florence BRODARD, Jennfier MACKAY, Anne-Laure MAISON. Retrouvez leurs interviews.

En début de semaine je vous ai présenté Sophie CUSSET une des 2 nouvelles artistes invitées.


Aussi, c'est avec plaisir que je vous propose l'interview de Marika PERROS. Je la remercie d'avoir répondu à mes questions.



marika perros
Mon univers artistique ?

Très jeune, je regarde les peintres de la renaissance, les sculptures grecques, etc. J’ai la formidable chance d’avoir un père passionné de voyages qui me fait visiter enfant les plus grands musées d’Europe ainsi que de nombreux lieux mythique (Delphes, Athènes, Venise, l’Alhambra etc. Nourris de tout ce que je vois, je pratique le dessin et la peinture très assidûment.

Vers 12 ans, je pense, j’ai entendu qu’on cessait d’être un enfant, quand on cessait de voir des images dans les nuages. Peut être ma volonté de rester enfant, mais surtout celle de conserver mon imagination m’a poussée à continuer à rêver en observant le ciel et à faire de même sur le papier. Donc au lieu de représenter une image précise, je me mis à faire des taches sur le papier et à imaginer des personnages, animaux, paysages, dans ces taches. (un peu comme  Max Ernst, sans même connaître son existence, ni sa manière de travailler à l’époque)

Je crois que c’est là qu’est né mon engouement de jouer avec l’abstraction et la figuration.  Le petit chien dans les « Ménines «  de Vélasquez est certes un chien quand on le voit de loin, mais de près, c’est une série de mouvements du pinceau, très enlevée et très abstraite.
Ma volonté d’aller dans cette direction a été amplifiée quand à l’école d’art, un certain professeur m’a affirmé que c’était impossible…
           
Pendant toutes ces années de pratique, j’ai oscillé entre une semi-figuration ou une semi-abstraction, obnubilée toutefois par une phrase d’ Hokusai disant que le trait doit être vivant.

J’ai adoré les peintres de la renaissance et les surréalistes pendant mon adolescence, suis tombée amoureuse de l’abstraction lyrique (Sam Francis, Rothko) pendant mes études, avec une affection toute particulière pour Vermeer tout au long de ma vie. C’est encore lui que je regarde si je suis en panne d’inspiration!

Après avoir travaillé pendant des années sur le plein (« all-over semi figuratif ») j’ai inversé la tendance  il y a une dizaine d’années et me suis mise à travailler sur le vide, le silence, la paix.

Depuis combien de temps j’évolue dans le milieu artistique ? 

Depuis ma première école d’art au Danemark, c’est à dire depuis mes 18 ans, j’en ai 55, ouf… presque 40 ans… le temps passe très vite ;-)

Quels sont les artistes que tu apprécies et qui t’inspirent ?

Actuellement, j’aime énormément Cy Twombly  et je continue à regarder Vermeer.  Citer tous les artistes que j’aime et qui m’ont inspirée dans ma vie serait trop long mais j’aime  beaucoup des artistes de land art comme Richard Long, Andy Goldsworthy et de l’Arte povera comme Mario Mertz et Giuseppe Penone.

Si tu devais organiser une exposition, quels seraient les artistes que tu présenterais ?

Et bien il y aurait déjà tous ceux cités précédemment.

Je crois que je ferais une sélection d’œuvre en partant d’une Vénus du paléolithique puis une sculpture étrusque, un vase grecque antique, une stèle maya, une vierge à l’enfant du 12° siècle,  un moucharabiés du 15°, une enluminure persane, un Adam et Eve de Cranach le jeune, une peinture de Jérome Bosch, un dessin de Léonard de Vinci,  une peinture de Michel-Ange et du Caravage.,Vermeer bien sur et je ferais un grand saut dans le temps jusqu’au 19° avec une esquisse de Delacroix, en passant par une œuvre d’Hokusai et de Gustave Moreau. Et de nouveau un grand saut  avec des œuvres d’Henri Michaux, Alechinsky, Sam Francis, Rothko, Marc Tobey. Un bon Tapiés, du land art, une installation de Magdalena Abakanowicz et pour finir Cy Twombly.


coquelicot marika perros
© Marika Perros - Coquelicot 
debout marika perros
© Marika Perros - Debout

Quelle est ton actualité ? 

Tout d'abord ma participation à la Présentation d'Art® Contemporeines à l'initiative de Diverzarts à la Galerie Maurice Ravel Paris 12ème du 18 septembre au 6 octobre 2017.
Je prépare actuellement une exposition qui aura lieu à Bruxelles le 21 Octobre 2017 à l’Atelier Marcel Hastir. C’est un peintre qui organisait des concerts dans son atelier, comme je le fais  moi même depuis 4 ans à Toulouse. C’est une salle mythique où Jacques Brel et Barbara ont fait leur premier concert.
En plus d’une exposition, je joue dans une pièce pour 2 comédiennes, « La fin de l’été » de Françoise Sanyas-longeard avec Dominique Bru. J’ai recommencé à faire du théâtre, passion que j’avais pratiqué jeune. 
Puis  je prépare une exposition dans le cadre de l'APPART de Diverzarts, exposition en appartement qui aura lieu le weekend du 11 novembre à Paris 19 ème.
Il y a aussi 2 expositions prévues à Toulouse, une fin novembre et une en mars au Centre Culturel Henri Desbals.
Parallèlement, je suis en train de préparer un spectacle sur ma démarche picturale pendant  30 ans avec de la peinture en direct, musique, chant et texte.



Présentation d’Art® Contemporeines par DiverZarts

du 18 septembre au 6 octobre 2017
de 10 heures à 20 heures

Galerie Maurice Ravel

Centre Paris Anim' Maurice Ravel
6, avenue Maurice Ravel
75012 Paris

11 septembre 2017

Contemporeines : Sophie Cusset

Hello !
En septembre les Contemporeines reviennent ! 


Selfitre sophie cusset
Selfitre - Sophie Cusset
C'est à la Galerie Maurice Ravel dans le XIIe arrondissement de Paris qu'aura lieu la 3e édition de la présentation d'Art® Contemporeines. L'occasion pour moi d'être de nouveau dans le projet en tant que chargée de communication web de cet événement et l'occasion de revenir sur les premières artistes de l'aventure : Joëlle BONDIL, Florence BRODARD, Jennfier MACKAY, Anne-Laure MAISON. Elles seront accompagnées de 2 nouvelles venues : Marika PERROS et Sophie CUSSET.

Aussi, c'est avec plaisir que je vous propose de découvrir Sophie CUSSET la plus wonder woman de nos 6 artistes. Je la remercie de s'être confiée dans cette interview.
Parle-nous de ton univers artistique ?

Mon univers artistique part essentiellement du théâtre, je suis comédienne et metteure en scène,  le plus souvent  je crée des spectacles que j’écris au sein de ma compagnie, du coup mon rapport au spectacle vivant  est assez total, je joue, je peux scénographier un spectacle, décider des costumes, avoir une idée du visuel de l’affiche et faire la photo.

J’aime inventer des objets scéniques , c’est même une obsession et je crois que ce que je préfère  par dessus tout c’est  tout inventer et tout faire, aussi bien jouer que faire un shopping costumes à Barbès que de me lancer dans une série photos sur la condition de la femme qui continue depuis 6 ans maintenant ! Je suis assez multicarte, une show girl boulimique de création  sur tous les fronts comme Wonder Woman !  Parler des femmes dans mes projets est une constante et une nécessité.
Le travail photographique est arrivé plus tard dans mon parcours mais je réalise que je garde les mêmes obsessions de mise en scène pour la photo : qu’est ce qu’on raconte dans la photo, quelle situation joue-t-on, quel est le cadre, qui sont les acteurs et quel est le décor ? Mes inspirations esthétiques   sont  le cinéma et  la famille : le cadre, faire un repérage du fond ou du décor existant dans la vie, dans la ville. 
J’aime le glamour du cinéma, le pop art  et ce qui m’intéresse c’est de mélanger tout ça, de photographier une situation des plus quotidiennes : le repas des enfants ou le bain et de la placer dans un décor ou un cadre déjà existant qui pourrait être celui d’Almodovar ou de Tarantino. Les photos sont de véritables clichés dans les deux sens du terme et ont souvent l’air d’être posés alors que le shooting se fait en dix minutes et que souvent l’envie de faire une photo arrive la veille. Cette réalité est possible  car les acteurs sont mes enfants, ma mère  et tout le monde veut bien jouer le jeu !
Je suis dans la mouvance des artistes qui mettent en scène leur quotidien, l’autofiction est un genre qui m’inspire terriblement  et me convient, ça m’amuse de faire de ma vie un objet d’art, de la raconter puis de la  décaler : une sorte de catharsis artistique.  J’aime les costumes et le travestissement, la théâtralité exacerbée d’où ce costume de super héroïne bon marché shoppé sur internet, cette seconde peau qui raconte la condition de la femme contemporaine et qui permet par l’humour de se jouer de la criante banalité du réel et de rire de » la charge mentale ».

wonder woman sophie cusset
©Sophie Cusset - Wonder Woman

Depuis combien de temps tu évolues dans le milieu artistique ?

J’évolue dans le milieu artistique depuis plus de vingt ans et mon parcours tend de plus en plus vers ça : l’autofiction baignée dans le tragicomique et la paillette pour raconter mon quotidien et parler des maux de la société contemporaine  que ce soit par la photo ou par les créations théâtrales.

Quels sont les artistes  que tu apprécies et qui t’inspirent ?

De fait  les artistes que je suis et qui m’inspirent sont  Sophie Calle , Cindy  Sherman, Virginie Despentes , PJ HARVEY , Catherine Ringer , Sofia Coppola , Pedro Almodovar, Quentin Tarantino , Xavier Dolan .

Si tu devais organiser une exposition quels seraient les artistes  que tu présenterais ?

Si je devais organiser une exposition et bien ils seraient tous là, Virginie Despentes lirait des extraits de King Kong théorie, son manifeste pour un nouveau féminisme, j’aurai donné carte blanche à Sophie Calle qui  aurait inventé un concept d’expo intégrant tous ces nouveaux copains.

Quelle est ton actualité ?

Mon actualité  c’est l ‘exposition de ma série photos Wonder Woman dans Contemporeines, merci Christophe et Pascal de m’avoir invitée !   Puis la création de » King Lear Remix « d’Antoine Lemaire,  une réécriture du roi Lear de Shakespeare qui se jouera en lecture théâtrale à la rentrée au théâtre de Belleville dans laquelle je joue trois rôles féminins  et puis la création de « Wonder woman enterre son papa », un cabaret noir et pailleté  sur la mort de mon père, la fin de vie et les maisons de retraite que j’écris et met en scène et qui se jouera en décembre au théâtre de Cachan. Et le visuel de l’affiche c’est une photo de la série Wonder Woman : la boucle est bouclée ! 



Présentation d’Art® Contemporeines par DiverZarts

du 18 septembre au 6 octobre 2017
de 10 heures à 20 heures

Galerie Maurice Ravel

Centre Paris Anim' Maurice Ravel
6, avenue Maurice Ravel
75012 Paris

4 septembre 2017

BartÓk

Fontaine Bartok - Paris - Square Henri Collet
©Zaromcha

Voici la fontaine BARTÓK du sculpteur hongrois András Beck (1911-1985), il s'agit d'une sculpture en hommage au compositeur hongrois Béla BARTÓK (1881-1945) et à son oeuvre vocale la Cantata Profana illustrant un cerf se désaltérant à l'eau pure de la source.

Pour la voir

Square Henri Collet 18 rue Gros Paris 16e - Métro Mirabeau


3 septembre 2017

Codex a envahit l'aquarium !

codex-urbanus-aquarium-paris-zaromcha
©Zaromcha
Depuis le mois d’avril, l'Aquarium de Paris présente une exposition majeure sur les récifs coralliens. 

L’objectif est de faire connaître la diversité et la beauté des fonds sous-marins, tout comme les initiatives visant à préserver ce patrimoine unique et si important pour l’Humanité. 

Dans ce cadre, l’art et la science se retrouvent dans un même lieu l’Aquarium de Paris. Un parcours artistique mêlant installation, sculptures, street art et photographies. 

C’est à cette occasion qu’en plein mois d’août, lorsqu’on m’a contacté pour me proposer une visite guidée et personnalisée de « Codex en eaux fantastiques » avec le street artiste Codex Urbanus, je n’ai pas hésité une seconde car avec mon collectif Street Art Shooteurs, nous suivons le travail de Codex Urbanus depuis plusieurs années. La première fois que j’ai vu ses dessins d’étranges animaux sortant tout droit d’un milieu mi S.F mi féerique c’était dans les rues de Paris. 

Mais avec un parcours dans un des endroits les plus apaisants de Paris, les bestiaires réalisés par Codex Urbanus in situ sur les murs de l’Aquarium de Paris ont une ressemblance avec les animaux nageant à côté.
Un clin d’œil de l’artiste à ce beau monde marin afin de développer une sorte de dialogue formel entre l'espèce existante et celle qui est fantasmée, ainsi qu’une interaction avec les visiteurs qui détournent leurs regards un instant des bassins. 

Comme Codex Urbanus précise : « Les Abysses regorgent de créatures qui constituent un bestiaire au moins aussi surprenant et fantastique que celui que n'importe quel esprit humain pourrait imaginer! Et la rencontre avec le public découle un peu de cette recherche onirique. Finalement, dans la plupart des cas, le visiteur ne se rend pas à l'aquarium comme un naturaliste, avec un esprit scientifique, mais plutôt comme un enfant, pour découvrir des formes de vie différentes et rêver à d'autres mondes... Je pense que mon bestiaire s’inscrira naturellement dans cette démarche et permet de toucher les plus petits et peut être une première approche avec l’Art. » .

codex-urbanus-aquarium-paris-zaromcha
©Zaromcha

codex-urbanus-aquarium-paris-zaromcha
©Zaromcha

codex-urbanus-aquarium-paris-zaromcha
©Zaromcha

codex-urbanus-aquarium-paris-zaromcha
©Zaromcha

codex-urbanus-aquarium-paris-zaromcha
©Zaromcha

codex-urbanus-aquarium-paris-zaromcha
©Zaromcha

Je vous conseille d’aller en famille voir les dessins de Codex Urbanus et en même temps de bien observer les aquariums. Peut-être que vous croiserez une sirène.

Codex Urbanus

L'artiste décline ses créatures mutantes sans fin, conscient de l’aspect éphémère de leur vie, comme une vanité urbaine*.

Aquarium de Paris

Composé d’une cinquantaine de bassins permettant de découvrir plus de 10 000 poissons et invertébrés de toutes les mers de France, dont 35 requins… Cet établissement possède le plus grand bassin à requins de France avec 3 millions de litres, un bassin pour caresser les poissons, organise également chaque jour de nombreuses animations interactives, des spectacles tous publics et diffuse des documentaires dans sa salle de cinéma…


5, avenue Albert de Mun/ 2, avenue des Nations Unies

75016 Paris

Métro : Iena ou Trocadéro

Tarifs 


Adultes : 20 € 50

Enfants : 3 à 12 ans : 13 €

Etudiants, seniors, demandeurs d’emplois : 16 €
Enfants moins de 3 ans : gratuit




30 août 2017

JO PARIS 1924

Jeux olympique 1924 Paris

En 1924 c'était la 2ème fois que notre capitale accueillait les jeux olympiques du 3 mai au 27 juillet 1924. 


Les infrastructures étaient éparpillées dans la région mais également dans les régions voisines. C'était dans la ville de Colombes (92) que se trouvait le village olympique fait de cabanes de bois.

Avec ces jeux, la ville de Colombes recevait un stade de 60 000 places comportant un terrain de football, de rugby ainsi qu'une piste centrée de 500 mètres. 

Jeux olympique 1924 Paris
Paris 1924-Les délégations rassemblées sur le stade olympique de Colombes
source : https://www.olympic.org/fr/paris-1924

De nombreuses villes des départements de la Seine et la Seine-et-Oise (de nos jours région Ile-de-France) hébergaient des activités : Auteuil, Versailles, Argenteuil, Saint-Cloud, Bagatelle, Boulogne-Billancourt, Issy Les Moulineaux, Meudon, Meulan et Paris. Mais également des villes en région, comme Le Havre et Reims.

En chiffres, les JO de Paris 1924 :

  • 3075 participants dont le célèbre & futur tarzan : Johnny Weissmuller,
Johnny Weissmuller
  • 625 000 spectateurs,
  • 1 000 journalistes,
  • 44 pays.
Parmi les trois athlètes les plus récompensés pendant les JO de Paris, un français, Roger Ducret avec 5 médailles en escrime.

Jeux olympique 1924 Paris



Sources : 

23 août 2017

JO PARIS 1900

Les Jeux Olympiques se sont déroulés à Paris du 18 mai au 28 octobre 1900. En même temps que l'exposition universelle.


Mais 3 ans avant, c'est au Baron Pierre de Coubertin (1863-1937) qu'on avait confié l'organisation des jeux olympiques.


Douze sports dont cinq nouveaux étaient représentés. Les nouveautés des JO 1900 étaient : la boxe, le football, le rugby, le polo et le tir à l'arc.


La 1ère étape de ces jeux est dès 1898, Henri Desgranges mettra à la disposition des organisateurs le vélodrome du Parc des Princes.







6 août 2017

Une danseuse à Paris

Hello,

Je reviens vers vous pour vous parler du dernier DVD que j'ai regardé.

Il s'agit de Ballerina, un beau film d'animation d'Eric Summer et Eric Warin. L'histoire se déroule à Paris au moment où la tour Eiffel n'avait qu'un étage et le palais du Trocadéro était encore sur place.

J'ai voulu voir Ballerina car il parle de mes 2 passions Paris et la danse classique : Ballerina c'est l'histoire de Félicie qui s'enfuit de son orphelinat avec son meilleur ami, Victor, pour aller réaliser leurs rêves : Lui devenir inventaire, elle danseuse étoile à l'Opéra de Paris.

Tous les deux arriveront à réaliser leurs rêves, mais ça ne sera pas aussi simple pour Félicie.

Dans Ballerina, le grand escalier de l'opéra Garnier est merveilleusement représenté. On s'y croirait 💓💗💕

Je ne vous en dis pas plus et vous invite à le voir ABSOLUMENT.




19 juillet 2017

Plus l'envie d'écrire pour le moment


Hello !

Depuis début juin le blog est en "off" et je vais poursuivre cette longue pose jusqu'à la fin du mois d'août, ça me fera le plus grand bien de ne plus penser à quoi je vais écrire.

Par contre, je ne fais pas une détox digitale totale, je continuerai à partager avec vous mes balades parisiennes et street-art sur Instagram : Pour le côté touriste c'est avec mon compte @zaromcha pour le street-art / graffiti et balades dans les expo c'est mon compte @sashooteurs 

A très vite & bonnes vacances à tous & Toutes.

Elisabeth.

Pays Basque photo de zaromcha
Pays basque - ©Zaromcha

6 juin 2017

Ma Estorysummer

Hello,

C'est toujours un bonheur pour moi d'aller aux soirées organisées par Nathalie d'Eparisiennes car elle me permet de faire de belles découvertes pour mes idées de shopping, que je partage maintenant avec vous.

Le rendez-vous était donné dans un magnifique hôtel 5 étoiles : Renaissance Paris Le Parc Trocadéro.

Lors de cette rencontre, nous avions la cour du jardin de l'hôtel pour nous. La soirée a été rythmée sous les signes de la beauté, la forme, la mode autour d'un buffet réalisé par Micro Traiteur.

Nous avons eu l'occasion de rencontrer la chroniqueuse de Télématin (France 2) Julie Ferrez qui nous a donné de bons conseils pour le bien de nos abdo'. L'occasion en même temps de découvrir les produits de Stenderstone.

Showroom Privé, présent à la soirée nous a montré les quelques nouveautés de la collection #CollectionIRL.

Ça m'a donné des envies de shopping tout ça ! Aussi, j'ai envie de partager avec mes 3 coups de cœur lors de cette soirée.

1. les jolis paniers de Maud Fourier

Lors de mon arrivée, j'ai eu l'occasion de découvrir les créations de Maud Fourier par le biais d'un atelier customisation avec lequel elle nous a emmenées dans son univers coloré & chaud grâce à ses sacs, paniers et accessoires avec ses tissus de Wax, couleurs flashy et peintures vives qui habillent certains modèles.

Les sacs à main et pochettes éco-responsables, made in Paris réalisés en pièces uniques mélangent les matières, les coloris et les cultures. 

Made in Paris car Maud Fourier fait réaliser ses créations à Paris par des artisans maroquiniers.

Maud Fourier donne une seconde vie à une matière aux traditions millénaires en la détournant habilement de son usage initial : les coussins kilim vintage au Maroc. Avec un coussin, elle réalise un sac, ce qui permet d'avoir une pièce unique et magnifique.

EstorySummer-Eparisiennes-Zaromcha-Laure_Fourier
©Zaromcha

EstorySummer-Eparisiennes-Zaromcha-Laure_Fourier
©Zaromcha
EstorySummer-Eparisiennes-Zaromcha-Laure_Fourier
©Zaromcha

©Zaromcha



L'atelier customisation

EstorySummer-Eparisiennes-Zaromcha-Laure_Fourier
©Zaromcha

EstorySummer-Eparisiennes-Zaromcha-Laure_Fourier
©Zaromcha



EstorySummer-Eparisiennes-Zaromcha-Laure_Fourier
©Zaromcha

EstorySummer-Eparisiennes-Zaromcha-Laure_Fourier
©Zaromcha



EstorySummer-Eparisiennes-Zaromcha-Laure_Fourier
©Zaromcha

EstorySummer-Eparisiennes-Zaromcha-Laure_Fourier
©Maud Fourier


2. Prescription Lab

La marque Prescription Lab a été imaginée par des passionnées de la cosmétique et du digital qui avaient l'envie d'offrir une nouvelle expérience beauté. En plus, leurs produits sont bio.

J'ai eu un gros coup de cœur pour le gommage fait à partir du marc de café récupéré à Paris. J'avais entendu parler des bienfaits du café et c'est pour cela que ce soin m'a tapé à l’œil.

Ce gommage à base d'huile végétale est réalisé à partir de marc de café recyclé que Prescription Lab est allé récolter dans les cafés parisiens du 11ème arrondissement 💔. 
Le marc de café et le sucre exfolient la peau, pendant que l'huile de tournesol et de coco la protègent de la déshydratation.

Prescription_Lab-Eparisiennes-Zaromcha
©Zaromcha

Prescription_Lab-Eparisiennes-Zaromcha
©Zaromcha

Prescription_Lab-Eparisiennes-Zaromcha
©Zaromcha

Prescription_Lab-Eparisiennes-Zaromcha
©Zaromcha

Prescription_Lab-Eparisiennes-Zaromcha
©Zaromcha

3. Rue des roses

Dommage que je n'ai plus les cheveux longs depuis quelques années. Rue des roses permet de réaliser un peigne pour maintenir les cheveux customisés avec des fleurs fraîches.

Rue_des_roses-Eparisiennes-Zaromcha
©Zaromcha

La soirée résumée en photos :


EstorySummer-Eparisiennes-Zaromcha Showroom privé
© Philippe Toledano de Showroom Privé

EstorySummer-Eparisiennes-Zaromcha Micro Traiteur
© Philippe Toledano de Showroom Privé

EstorySummer-Eparisiennes-Zaromcha Micro Traiteur
© Philippe Toledano de Showroom Privé

EstorySummer-Eparisiennes-Zaromcha Micro Traiteur
©Zaromcha

EstorySummer-Eparisiennes-Zaromcha glace ben and jerry
©Zaromcha

EstorySummer-Eparisiennes-Zaromcha Slendertone Julie Ferrez
©Zaromcha

EstorySummer-Eparisiennes-Zaromcha Slendertone Julie Ferrez
©Zaromcha

EstorySummer-Eparisiennes-Zaromcha
©Zaromcha


A bientôt !

24 mai 2017

Primitif

Hello,

Fin mars, je suis allée à l'inauguration de l'exposition PRIMITIF consacrée à Pablo Picasso, qui est organisée au musée du Quai Branly Jacques Chirac en collaboration avec le Musée national Picasso-Paris. Une belle scénographie dans la Galerie jardin où les œuvres de l'artiste se mélangent avec des objets d'art primitif.

Cette exposition très intéressante se suit de façon chronologique. Elle commence en 1900 date à laquelle Pablo Picasso s'est installé à Paris et se terminer en 1974.

Cette exposition m'a interpellée car je ne savais pas que Pablo Picasso s’intéressait à l'Art Africain. J'ai pu le découvre en admirant les objets que l'artiste collectionnait.

Voici quelques photos de ceux qui a marqué mon attention :

Picasso Primitif musée du quai branly
Photo de Picasso dans l'atelier du Bateau-Lavoir (Frank Gelett Burgess)
Picasso Primitif musée du quai branly

Picasso Primitif musée du quai branly
Chaise-palette de Picasso
Picasso Primitif musée du quai branly

Picasso Primitif musée du quai branly
Le chapeau de paille au feuillage bleu - mai 1936
Picasso Primitif musée du quai branly
Tête d'homme barbu - 1938
Picasso Primitif musée du quai branly

Picasso Primitif musée du quai branly
Ajouter une légende

Vous avez visité cette exposition ? Qu'en avez-vous pensez ? Laissez moi un commentaire pour tout me raconter !

PICASSO PRIMITIF
28 mars au 23 juillet 2017

37, quai Branly
75017 Paris